Février 2012

Nous n’irons pas par quatre chemins : "Oui, on aime ce disque !".

Derrière le pianiste au bonnet (un sacré personnage qui ne cherche pas à se faire passer pour le plus grand pianiste du monde mais qui, de notre point de vue en laisse beaucoup sur la touche !), on entend vibrer une équipe soudée qui porte cette musique très très haut. Wared réussit la synthèse des qualités de ses membres tout en laissant chacun être lui-même. Daniel Erdmann ne joue pas comme Sébastien Texier. L’un et l’autre sont ici très reconnaissables mais ensemble, ils sonnent avec la même dynamique. Gildas Boclé et Arnaud Lechantre constituent une rythmique maléable mais d’une grande rigueur.

Une fois encore nous saluons cette réussite. Nous avions déjà couronné le précédent (par Jean Buzelin). Édouard Bineau est constant dans la réussite !

http://www.culturejazz.fr/galeries/...